Posté le 11 juin 2014 par Richard

Le lundi de pentecôte avait lieu le championnat de Bourgogne FSGT à Chaux (21), sur un circuit exigeant de 7,400 kms avec une montée de 800m en faux plat placée après une sévère épingle, une partie aller dans les bois dont l’ombrage ne profitera qu’aux premières courses et un difficile retour montant, sans ombre et avec un vent de travers propice aux bordures, notre Gérard national a fait une course superbe, pleine de courage et de volonté. Sous une chaleur déjà forte en fin de matinée , il termine à une belle 15ème place, bravo à lui car il fallait avoir envie de prendre le départ et surtout de finir la course.

Maintenant, je vais vous raconter la course étonnante des seniors, magnifique , digne des pros avec des rebondissements incroyables du début à la fin. Avec une chaleur pareille on aurait pu s’attendre à une course lente, soporifique, mais que nenni !!

Départ à 16h ( 37° ) plus d’ombre dans les bois avec le soleil au zénith, pour Antoine Oquidan, Alexis Gaudillière et Loïc Neto dans un peloton d’une cinquantaine de coureurs.

Sans attendre, la course part à tombeau ouvert, les attaques fusent, Arnaud Letienne se dégage dans la première ascension. Par étapes, un groupe de six coureurs se forme au premier tour avec pour la 71, LETIENNE, DUSSABLY, HONORE, et BRIZE. Dans les tours suivants, deux dijonnais viendront étoffer le groupe de tête, mais celui ci devient trop important et l’entente n’est pas fameuse surtout qu’un coureur en particulier ne passe pratiquement jamais.

Cela pourrit un peu l’échappée qui ne prendra en fait pas plus d’une minute et dix secondes d’avance. Derrière, on voit que le peloton gère l’écart, Antoine semble très à l’aise, mais c’est plus compliqué pour Alexis et Loïc car ça roule à fond les premiers tours. Le pauvre Alexis qui a horreur de la chaleur au dessus de 28° est servi; il ne peut respirer correctement, il tiendra quand même 4 tours et Loïc cédera le tour suivant, mais ils ont été très courageux.

D’ailleurs, à cause de cette chaleur, un évènement va se produire en tête qui va changer la physionomie de la course. Arnaud Letienne est victime d’un coup de chaleur, et, pris de vertiges, il doit s’arrêter pour préserver sa santé.

Eric Brugnon se retrouve seul et obligé de rouler, surtout que devant les choses ont bougé, les deux coureurs dijonnais qui paraissent très forts sont partis et creusent un écart conséquent. Eric ou Rico pour les intimes se met à rouler ( il était impressionnant nous a avoué Antoine, grimpant le faux plat à 40 km/h ).

Il reçoit l’aide de Sébastien Landré qui sent peut être, que devant, il sera compliqué pour son collègue HONORE de revenir sur les deux fuyards, et de plus en ramenant un gars qui ne roule pas. Antoine entre dans la danse , il se sent bien et participe à la chasse. Nos trois compères font exploser le peloton de survivants qui s’accrochent à leurs basques. Une petite remarque en passant, moi d’un côté du circuit et Fernand Neto de l’autre côté, obligeons Antoine à prendre 2 bidons à chaque tour pour boire mais aussi s’arroser. C’est contraignant pour lui, mais il a de l’eau fraîche en permanence et en abondance, et cela a du avoir un impact important sur sa fraîcheur en fin de course.

Ils reviennent ainsi à vitesse grand V sur le groupe Honoré et reprennent dans la foulée les deux fuyards qui commencent à accuser le coup ; tout cela à deux tours de l’arrivée.

Ils sont maintenant neuf devant, mais malheureusement pour les Côte d’oriens, leurs adversaires du jour les Saône et loiriens sont en surnombre. ( LANDRE, OQUIDAN, BRIZE, BRUGNON, HONORE et DUSSABLY ) et pas des moindres !!!!

Comme toujours en pareil cas, une période de flottement s’installe après le regroupement, mais à la faveur d’une relance sèche et peut être involontaire d’un dijonnais, une petite cassure se fait, Antoine ne s’en rend pas compte immédiatement, il prende la roue puis prend son relais, mais bizarrement le dijonnais se relève. Il reste à ce moment là 10 kms et Antoine prend la décision sans hésiter de tenter sa chance et de partir seul. Il se met à bloc, se retourne un peu plus loin, ça ne bouge pas derrière, alors il se livre à fond sans plus aucune arrière pensée et en 4 kms creuse un écart de 48 secondes à la cloche sur la ligne d’arrivée.

Nous tous les gars de Joncy, étions bouche bée quand nous l’avons vu passer seul avec une telle avance.

Cette fois, la course est pliée, ils ne le reverront qu’après la ligne, il s’envole vers une victoire extraordinaire , acquise dans des conditions terribles qu’il affectionne particulièrement, mais avec une grande lucidité et aussi bien aidé par ses copains de la FSGT 71 qui, avec une solidarité exemplaire, car issus de 4 clubs différents, n’ont pas donné un coup de pédale sur lui. Je crois que le comité départemental peut être fier de ses coureurs, autant par leurs résultats que leur état d’esprit.

En tout cas, notre TONIO a été magique, il nous a gratifié d’un numéro exceptionnel, il nous a surpris par son audace et il redonné des couleurs et de la force à ses copains du jour Alexis et Loïc, eux qui avaient contrairement à lui terriblement souffert de la chaleur.

BRAVO ANTOINE, félicitations car tu mets du temps à gagner, mais quand tu te décides, tu ne choisis pas la moins belle. Quand à moi, je suis fier de toi mais j’avoue franchement que tous les coureurs sont à féliciter car c’est une des plus belles courses que j’ai jamais vues avec la victoire de SEB au championnat départemental à Chardonnay qui ressemble beaucoup à celle ci.

GILLES GAUDILLIERE

Posté dans NEWS | Commentaires (0)

Les commentaires sont clos